Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les révoltes des Croquants

Publié le par Nadina

On appelle "révoltes des Croquants", plusieurs soulèvements paysans du Sud-Ouest de la France, qui ont eu lieu depuis la fin du XVIème siècle jusqu'à la Révolution .

 

 

 

Mais qui sont donc ces Croquants ?

 

- Pour les paysans, les guerriers qui les dépouillaient étaient des 'croquants ' : ils les croquaient et dévoraient .En guerre les uns contre les autres,  " Sus aux croquants"  aurait été renvoyé d'un camp  à l'autre . Il en est que ce mot était péjoratif.

 - Ce mot pourrait venir également de Crocq, en Limousin, tout simplement parce que les paysans se seraient révoltés à Crocq en 1594, pour la première fois .

- Il est aussi dit que ce mot viendrait du fait que les paysans révoltés portaient des crocs ou des fourches comme armes.

 

Catholiques et protestants s'opposent depuis presque 30 ans en 1589, dans nos terres de Guyenne. Henri III n'a pas de descendant. C'est donc à Henri de Navarre, chef des protestants, que revient la couronne. Celui -ci est sacré roi de France en février 1594, après avoir abjuré le protestantisme en 1593 et prend le nom de Henri IV.

Il signe une  trêve avec le chef des ligueurs. C'est la paix !

Mais les paysans du Périgord meurent de faim, vivent dans la misère et sous la pression de lourdes charges fiscales, prennent les armes en 1594  et le surnom de ' Tard Avisés ' .

 

Ils étaient redevables de :

 - La gabelle : taxe indirecte sur le sel : Celui-ci leur était indispensable pour leurs conserves.
    Les gabelous ( un gabelou est un douanier ) récoltaient la gabelle .

 - La dîme : redevance sur les revenus agricoles, au profit de l'église catholique.
    Elle pouvait être payée en nature ou en argent.

 - Les tailles : Impôt par excellence des paysans. Les ecclésiastiques et gentilshommes en étaient exempts.

    * taille royale : représentant 60% des revenus des royaumes

    * taille seigneuriale : payée en compensation de la protection accordée par le seigneur.

 

En 1595, cette révolte prit fin à St Crépin d'Auberoche, par l'écrasement des Croquants par le Vicomte de Bourdeille.

Ils se soumirent à Henri IV. Celui-ci sut les apaiser en abandonnant les arrièrés de la taille et ensuite en la réduisant.

 

En 1635, une autre révolte éclate . Les cabaretiers , sous les charges très lourdes payées sur le vin, il se joignent aux paysans, toujours écrasés par la  taille , qui réclament de plus une dîme pour les petits curés.

Le général La Motte la Forest, dirige ce soulèvement en 1637. ce sera l'une des plus grandes civiles déclenchées par des paysans.

 

 

Deux affaires célèbres illustrent cette révolte:

Affaire Grellety :Pierre Grellety, las de son niveau de vie très bas de paysan  face à l'opulence du roi Louis XIII, fut l'investigateur des révoltes des paysans dans cette région de Vergt.Ce soulèvement provoque une guerre, où l'armée perdit bon nombre de ses hommes car ils attendaient des paysans et non des soldats. Gallety demandait l'abolition des privilèges.
Le 25 janvier 1642, le roi l'amnistie et lui donne la charge de capitaine dans ses armées mais l'affecte loin de la Dordogne.

Affaire Chantal : Chantal, héritier des Croquants du Périgord, opposé à son rival, le bourgeois de Sénaillac, a été l'auteur de plusieurs jacqueries (soulèvement paysan)qui lui valurent beaucoup de déboires auprès des autorités de l'époque.

 

Les Croquants sont entrés dans l'histoire notamment avec le livre d'Eugène Leroy " Jacquou le Croquant".

En 1995, le groupe de musiques occitanes "Nadau" raconte une partie de la révolte de 1643 à travers la chanson "Aurost t' a Joan Petit" ou "Requiem à Jean Petit".

 

 Pour ceux que  ça intéresse, Claudec, descendant de Croquant dont vous trouverez le site dans les liens, raconte  des histoires de son enfance. Site très intéressant mais ce n'est toujours que mon avis: histoires à dévorer !!!
Quant à Nadau, pour ceux aussi que ça intéresse, il se produit  à Périgueux le 29 septembre 2012 à 21h.

Commenter cet article

Anne 26/04/2012 19:27


Pour ma part, (avis perso) je n'aime pas ce qu'en a fait Eugène Le Roy (qui au fond serait ce qu'on appelle aujourd'hui un bourgeois de gauche) , ni le fait que la série télévisée n'est pas
fidèle à la réalité mais que les gens l'ont "faite leur" sans contester quoi que ce soit.).Eugène Le roy n'était pas un historien, mais un romancier qui  a fait la part belle à l'imaginaire
(qu'il ne faut pas prendre pour argent comptant!).....quand on visite le château de l'Herm si magnifique, on ne nous parle que de la série, grand ras le bol et erreur historique!


En Périgord, les seigneurs étaient parfois pauvres et vivaient avec "leurs gens" qui se sentaient protégés, s'abritaient en cas de difficulté dans les enceintes.......


Je m'en vais, mais ce soir tard, dans mon article, le lien de  ce blog très très riche!!!