Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les lavoirs

Publié le par Nadina

 

 

St Pardoux la Rivière (4)

St Pardoux la Rivière 

L'eau est un besoin impératif pour l'homme , non seulement pour laver le linge mais aussi pour sa propre hygiène.

Les lavandières lavaient leur linge dans l'eau des rivières, des sources ou des fontaines .Or, cette eau , souillée par les lessives hebdomadaires était devenue source de germes .


Il faut dire qu'au XIXè, la France a connu bon nombre de maladies, germes véhiculés par l'eau et le linge(typhoïde, choléra ) .

Le lavoir est donc né et la loi du 3 février 1851 vote un budget spécial, aidant ainsi les  communes à construire leur lavoir puisque ce budget les subventionne jusqu'à concurrence de 30% .

Un lavoir est un grand bassin le plus souvent rectangulaire, à proximité d'une rivière, d'une source .Pour les plus simples, ils sont composés de 2 bacs: le lavoir et le rinçoir. 

La construction d'un lavoir se fait toujours de la même façon et dans cet ordre :

1 - la fontaine

2 - la barre d'égouttage

3 - le rinçoir

4 - le lavoir

5 -  la canalisation de vidange.

 

Chaque village a son lavoir. Les femmes s'y retrouvaient et contribuaient ainsi à la vie du village car on y chantait mais on y parlait beaucoup aussi. Les lavoirs rentrent ainsi dans la vie locale des villages .

Mais nos lavandières jugeaient aussi car le linge était regardé et ainsi, elles cataloguaient celles qui avaient du linge tâché, mal raccomodé ou encore celles qui possédaient des serviettes fines et brodées .La réputation des unes et des autres étaient ainsi faites et il n'était pas rare que le maire fasse intervenir le garde-champêtre pour séparer ces dames . Chacune d'elles avaient ensuite sa place attitrée.

A cette époque, ne plus aller au lavoir était signe d'une ascension sociale. Les notables notamment faisaient laver leur linge à la maison. 

 

Il existe 4 types de lavoirs :

  - en bord d'étang ou de rivière : Celui-ci était alors avec une planche à crémaillière, qui était montée ou descendue suivant
   le niveau de l'eau.

Lavoir de Saint Just - Entrée village - D2 (3) 

Saint Just 

- le lavoir couvert avec son bassin en son centre,

Quinsac (3) 

Quinsac 

- le lavoir à impluvium qui possédait un bassin en son centre , alimentée en eau de pluie grâce à un toit ouvert et incliné vers
  l'intérieur,

Lavoir - ' Font Close ' - D98 -St Jean de Cole dir Villars 

Lieu Dit ' Font Close' à St Jean de Côle

 

Guitelle-20-Guerville--03.jpg 

Guerville - Yvelines - Site : www.lavoirs.org

J'ai simplement rajouté ce lavoir qui n'est pas en Dordogne pour bien vous faire voir le système du lavoir à impluvium

 

- le lavoir tunnel , de forme demi cylindrique et en pierres.

BRAUMONT--Meurthe-et-Moselle.jpg 

Celui-ci est à Braumont en Meurthe et Moselle - Site : www.lavoirs.org

Je n'ai pas trouvé trace de ce type de lavoir en Dordogne

  On distingue le lavoir qui permettait aux femmes de sortir de la maison  ( la lessive était alors faite avec du savon de Marseille )et la bugade, c'est-à-dire la lessive à la maison. On versait alors de l'eau bouillante sur des cendres de chêne ( pas de châtaignier car son tanin aurait tâché le linge ) , ce qui avait pour effet de blanchir le linge . Le linge de couleur n'existait pas  encore !! 

   

La grande lessive, dite 'la buée', était faite 2 ou 3 fois par an et durait 3 jours.
Au 1er jour était mis le linge à tremper,

au 2ème, le coulage: le linge était posé sur un sac rempli de cendres de bois au fond d'une cuve. On versait de l'eau tiède puis bouillante sur le linge . Cette eau était récupérée, re-réchauffée et re-versée sur le linge et ce, pendant des heures.

au 3ème  avait lieu le lavage et c'était le plus pénible.Il fallait savonner le linge puis le battre afin de faire pénétrer le savon, pour ensuite le rincer et le mettre à sécher .
Il est bien entendu évident que ces  grandes lessives ne se faisaient qu'aux moments où les femmes ne participaient pas aux grands travaux des champs.

 Vers 1910 apparut la lessiveuse avec son champignon . L'eau remontait par ce champignon et retombait sur le linge, ce qui remplaçait le coulage.

Le temps des lavandières s'est achevé vers 1950, époque où est apparue la machine à laver le linge .

 

Source : www.lavoirs.org

             www.patrimoine.oppede.fr

 

 

  St Pardoux de Mareuil (35)

Saint Pardoux de Mareuil 

  Vous trouverez d'autres photos dans l'album ' Lavoirs' ainsi qu'un lien vers un site très intéressant regroupant toutes sortes de lavoirs en Dordogne mais aussi partout en France  .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

ANNE 20/11/2013 16:57


Bravo, très bonne idée d'articles ! Certains passent à côté sans les voir, pourtant autrefois, c'était le point de rencontre, le centre du monde où les femmes parlaient et échangeaient, une pu le
cyber-café d'aujourd'hui ! bises fraîches!

Nadina 21/11/2013 08:46



Bonjour Anne


Et oui les lavoirs et il y a certainement bon nombre de femmes qui ont dû y laisser des gercures .....
Bises à vous aussi.