Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La forge de Savignac Lédrier - Archéologie industrielle

Publié le par Nadina

LE FEU, L'EAU ET LE FER

 

 

La forge de Savignac Lédrier est une des plus anciennes du Périgord. Elle a été édifiée en 1521 et a tout d'abord appartenu à la famille d'Albret.

Elle se situe dans les vallons très boisés  du nord est de la Dordogne, dans le canton de Lanouaille.

 

L'industrie du XIXè siècle est l'aboutissement du travail d'une dynastie de Maître de Forge : les Combescat de Hautefort . 

 

Les maîtres de forge  dirigeront cette forge de père en fils de 1819 à nos jours . Ils résidaient dans le château situé sur le plateau surplombant les forges .

 

SANY2016

 

A cette époque, cette résidence était le centre d'un patrimoine constitué pour moitié de bois taillis et l'autre  de terres labourables . Une moitié était en métayage .

 

 Le haut fourneau fonctionnait d'octobre à avril  d'où  l'emploi des ouvriers sur la forge l'hiver et  le reste du temps aux champs, ce qui permettaient de s'assurer des revenus constants .

 

 

PICT0013

La maison de vie des ouvriers

 

 

 

Nous sommes ici dans les gorges boisées de L'Auvézère. La force motrice  était fournie par la rivière, le sous-sol est riche en fer  et  les 3 éléments étaient donc réunis pour l'installation des forges .

 

A son apogée, la forge produisait 680 tonnes de fonte. Le haut-fourneau s'est éteint en 1930 mais l'atelier  des pointes de mouleur et des clés de conserve fonctionnera encore jusqu'en 1975.

 

 

Les Forges de Savignac Lédriers (9)

Les Forges de Savignac Lédriers (8)

 

 

      Le haut-fourneau

 

 

 

 

 

 

 

  Le creuset et les rigoles 

 

 

 

 

 

 

 Les Forges de Savignac Lédriers (13)

                                          Le gueulard

  

Ici était transformé le minerai en fonte et la fonte en fer . Un haut-fourneau est un four, destiné à la fabrication de la fonte à partir de minerai de fer .

 

 

  

Imaginez à l'époque, le bruit permanent du minerai , qui était concassé, les degrés de chaleur du haut fourneau , la fumée permanente  !! et ces hommes éreintés et vivant dans l'angoisse que le haut fourneau ne s'éteigne .

 En effet, si celui-ci venait à s'éteindre  par le manque d'alimentation  du minerai,  la réactivation du haut-fourneau était bien longue et le Maître perdait de l'argent . Les hommes chargés d' approvisionner le haut fourneau en minerai de bois et charbon étaient des chargeurs; les puddleurs avec leurs  ringards brassaient le métal à fusion  ; le mouleur avec sa poche de fondeur cueillait  la fonte en fusion ; puis il y avaient aussi  des forgerons qui martellaient et travaillaient le fer , un chauffeur qui aidait les forgerons et était  chargé d'alimenter les fours en combustible ; des ouvriers d'entretien, un charpentier, le gardeur muni du ringard qui surveillait le bon déroulement de la fusion et le remplissage du creuset ; le bocqueur  tirait  le laitier (déchet mousseux au-dessus du bain de fonte) hors du creuset . Des  enfants avaient un rôle d'aide.   

 

 

 

Pendant le fonctionnement de la forge d'octobre à avril, 2 équipes se relayaient toutes les 12h. Pas d'arrêt !!

 

 

 

Des panneaux explicatifs sur le fonctionnement de la forge et le mode de vie des ouvriers jalonnent un parcours aménagé tout autour de la forge .

Le long de la rivière ...

 

 

 

 

 

Et si l'envie vous prend de vous arrêter un peu, un petit sentier longe la rivière . Il vous apportera un peu de fraîcheur, et peut être verrez-vous des écrevisses !!!

 

Les forges sont libres d'accès toute l'année et certains bâtiments ouverts au public aux journées du patrimoine. Et peut -être aurez-vous la chance, comme nous, de tomber sur ce vieux messieur, qui nous parlé de la forge avec  force, passion du temps où elle fonctionnait encore !!

 

D'autres photos sont disponibles avec, pour certaines des explications, dans l'album Patrimoine.

Commenter cet article