Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Etre carrier à Paussac et Saint Vivien à la carrière Constant !

Publié le par Nadina

Et oui, je passe du fer forgé à la pierre et me voici à la porte d'une carrière assez surprenante aux premiers regards car  de belles sculptures semblent m' ouvrir le chemin jusqu'à M. Constant, chef de cette entreprise .

 

Sculptures de E. Ashby (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La carrière Constant

 

Il existe deux types de carrières : 
-  celle de pierre de taille , qui elle-même se divise en deux :
    * à ciel ouvert 
   *  souterraine

- à granulats

                                                                                                                                                                                                                                

 

La carrière Constant est une carrière  de pierre de taille, de calcaire turonien ( qui date du crétacé supérieur et âgé de presque 100 millions d'années ), qui débite 3800 m3  par an .

Nous trouverons ici deux types de calcaire: du fin et du coquillière , c'est-à-dire qui renferme des coquillages fossilisés .

 

Calcaire fin avec une lève (2)

 

 

Calcaire coquillière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le calcaire fin , ici d'ailleurs avec une lève que
  nous apercevons au milieu.
Il est pratiquement  blanc.

 

                                                                                                                       Le calcaire coquillière . Celui-ci tire plus sur l'ivoire
                                                                                                                                                   ou coquille d'oeuf .

 

 

La famille Constant exploite cette carrière  depuis plus de 150 ans et M. Constant est la 7ème génération  de carrier.

C'est lui qui va me plonger au coeur de la carrière et me faire découvrir son entreprise !!!

 

 

Outre M. Constant et une secrétaire, 9 ouvriers occupent  différents postes :

 - Le premier est le carrier à l'extraction  . Celle-ci se fait à l'aide d'une haveuse qui trace et taille des blocs de 3m
  sur 2.40m  . Elle fonctionne avec une énorme chaîne  au carbure de tungstène et avance à 9m à l'heure .

Les haveuses

 

 

 

 

 Les blocs sont traçés .

 

Les haveuses (2)

 

 

 

 

 

 

 

 
  Je la  comparerai à une  énorme tronçonneuse sur rail. Un bloc , en règle générale, mesure 1.60 x 1.30 x 1.05 
   ce qui nous donne un poids de 5 tonnes !!  En demande spéciale, ils peuvent atteindre 18 tonnes à l'unité .

Certaines haveuses  peuvent tailler horizontalement et verticalement.

 

Les haveuses (4)

 

 

 

 

 

Celle-ci va couper le bloc en dessous et en biais, comme une tranche de pain ou saucisson qui ne sont pas coupés droit !!

 

 

 La taille se fait suivant le lit de la pierre, c'est-à-dire le sens
où les sédiments se sont déposés .

 

 

 

 

- Le second poste ou plutôt les postes correspondent aux postes sur débiteuse, où sont retaillés les blocs .Et il y a
  4 disques et une guillotine :

 

La guillotine

 

 

   * La guillotine, peut couper des blocs les plus importants ,
      de 1.65m de longueur.

 

 

 

 

 

 

 

 

La 1ère débiteuse

 

   * La 1ère débiteuse est un énorme disque diamant ,
       machine française datant de 1964 reconditionnée
      ( d'où certaines  difficultés pour le remplacement des pièces ) .


       Elle coupe des blocs de 1.05m de longueur .

 

       M. Constant ici à droite sur la photo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La 2ème débiteuse

 

 

 

 

 

  *  La 2ème débiteuse à disque  coupe des plateaux de 0.52m

       mais taille aussi  à la demande.

 

 

 

 

 

 

 

La 3ème débiteuse

 

 

 

  *  La 3ème est automatisée , travaille plus lentement 
    et peut travailler la nuit .

 

 

 

 

 

 

 

 

 La 4ème débiteuse

  *  La 4ème est informatisée . Le dessin est donnée à la
      machine sous forme de disquette .
      Ce travail permet   de répondre rapidement à des 
       grosses demandes  ou en nombre , telles 
      des balustrades par exemple .

 

 

 Les débiteuses à disque diamant ont besoin d'eau pour éviter une surchauffe du disque, contrairement aux chaînes au tungstène qui fonctionne à sec .

 

Cette eau  est simplement de l'eau de pluie récupérée et accumulée dans des bassins.

Un bassin

 

 

 

- Le dernier poste correspond à la taille plus affinée ou à l'unité .  Atelier taille (2)Deux ouvriers sont sur ce dernier dont un Compagnon du Devoir.

 

 

 

De l'extraction à la taille, nous descendons progressivement en grosseur de bloc  et le travail est de plus en plus affiné.

 

 

 

Atelier-taille-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 Ici, ce bloc a été traçé et la taille est commencée . C'est un
des éléments d'une voute .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe cependant des défauts dans la pierre:

 - un défaut horizontal, appelé  "une lève", correspond à la superposition des couches de sédiments
   et à une cassure  dans la pierre , Une lève

 A certains endroits, les lèves forment même des vagues. Autrefois, les anciens se servaient de ces lèves pour casser les blocs . Une corde était positionnée dessus puis à l'aide de boeufs, ils tiraient , posaient des coins puis retiraient  et tout ça jusqu'à ce que le bloc tombe . Ils avaient tout de même pris la précaution de mettre des granulats, comme une litière, à l'endroit où le bloc était prétendu tombé de façon à ce qu'il n' abîme pas  .

 

- et un défaut vertical, appelé " un poil" , qui est une fissure verticale, due à la formation géologique.

 

Un poil

 

 

Un poil (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce poil traverse la carrière. Son point de départ se situe au niveau
du petit effondrement et on le retrouve à l'autre bout de la carrière
avec cette belle fissure !!

 

 


Il est bien évident que les  blocs ayant ces types de défaut vont  se casser  .

 

 

Toutes ces pierres finiront chez vous, chez moi, aux monuments historiques  car M. Constant fournit autant le public que le privé , en balustrades, colonnes, cheminées, fontaines, funéraire ...

 

Une carrière ne dépend pas des Bâtiments et Travaux Publics mais se trouve sous protection de l'environnement, dans les 'Mines et Carrières ' .

Une autorisation est nécessaire pour l'extraction et elle est renouvelable tous les 30 ans .  Et pendant 30 ans , toutes les 3 ou 4 semaines, un contrôleur vient vérifier le taux de poussière, le bruit ...

 

Il y a quelques années, un sculpteur , Edmund ASHBY,  amoureux de cette pierre, s'est installé ici et ses oeuvres  jalonnent le chemin qui mène de la route à la carrière proprement dite . Certaines ont été vendues, d'autres sont encore ici. La ville de Ribérac en a notamment acheté et elles sont visibles devant l'office de tourisme.

Sculptures de E. Ashby

 

 

Vieux camion de la carrièreEt voilà , je dis au revoir à ce vieux camion  qui a dû voir des tas et des tas de blocs  de pierre et aussi un grand merci à M. Constant, qui , avec des mots simples, a su m'expliquer son métier de carrier . Merci aussi à ces ouvriers, d'une grande politesse, qui m'ont autorisée à les prendre en photo.

 

Dans l'album photos, vous découvrirez d'autres photos sur la carrière .

 

Commenter cet article

L.B. 15/10/2014 19:48

Excellent article. Passionnant et documenté.
Je sais maintenant d'où viennent les pierres (dites de Paussac-Saint-Vivien) de l'encadrement de fenêtre que je vais créer dans ma maison ! Et comment elles sont extraites et débitées.
Longue vie à la carrière et reconnaissance à ses carriers.
Cdlt, Luc B.

Nadina 20/10/2014 19:55

Et oui, reconnaissance aux carriers et à M.Constant,propriétaire qui ont été vraiment très sympathiques lors de mon reportage

Mr constant cyprien 18/04/2012 21:05


Avec tous mes remerciements pour cet article de qualité. Longue vie à votre blog très enrichissant.


salutations,


Cyprien Constant

Nadina 27/04/2012 12:05



Merci beaucoup M. Constant mais je n'aurais pu rédiger cet article sans vos explications et la visite de votre carrière .