Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le château de la Juvenie et ses enfants

Publié le par Nadina

Le château de la Juvenie et ses enfants

Ce château, situé sur la commune de Payzac, dans le nord de la Dordogne, vient de faire l'objet d'un dépôt d'une plaque commémorative le samedi 28 novembre .

Au bout de 70 ans, l'histoire veut que ce château, assez méconnu, refasse surface.

En effet, si les murs pouvaient parler, ils vous raconteraient l'histoire de ces centaines d'enfants qui y sont passés mais commençons par le début !

Bien qu'il soit donné pour être un ancien manoir datant de 1773, mes recherches ont réussi à remonter jusqu'à Raimond d'André, seigneur de Lancinade et Juvénie, époux de Louise de Gentil-de Jonchapt .

N'ayant pas de date de naissance, je pourrais situer ce seigneur entre 1500 et 1550.

Leur fille Yrlande( ou Yolande) d'André épouse le 17 août 1576, Jean II de Jaubert de Nantiac (aujourdh'ui Nanthiat).Le domaine passerait donc par alliance dans la famille Jaubert.

De cette union sont nés quatre enfants dont Raimond de Jaubert, vicomte de Nantiac, chevalier, seigneur de Lancinade et de Juvénie.

Par son mariage avec Henrie (ou Henriette) de Foucauld de Lardimalie le 7 janvier 1606 est né Jean III de Jaubert.

Celui-ci épouse Suzanne Dumas le 19 mai 1630 et ils eurent 14 enfants

Le domaine passe dans les mains de sa 12è enfant, Marie de Jaubert. Un de ses frères, Peyrot de Jaubert, lui cède la Juvénie en 1676 (pour le modeste prix de 25 000 livres )

Isaac d'Abzac, seigneur de la Forêt, par son mariage en 1676 avec Marie de Jaubert, récupère donc le château et les terres par alliance.

De leur union naît Pierre-Philippe.En 1724, celui épouse Marguerite de Teyssier des Farges, qui lui donne un fils Pierre-Françoise d'Abzac, né en 1728 . Celui-ci sera le dernier Abzac à posséder la Juvénie car il meurt en 1794 dans les cachots de la Terreur et sans enfant.

La famille d'Abzac aurait fait don du domaine à Raymond Bugeaud. Mais là il est difficile de trouver des traces ou des actes .

Pendant la 2è guerre mondiale, bon nombre d'instituteurs alsaciens et lorrains sont arrivés en Dordogne accompagnés d'enfants. Ils ont été hébergés à la Juvénie entre 1940 et 1945, établissement dirigé par les soeurs de Bon-Secours . Cet orphelinat a accueilli des enfants dont beaucoup étaient juifs. Un grand baraquement de 60 mètres comportait des dortoirs.

Ces instituteurs, résistants , venant de l'École Normale de Colmar ont sauvé une centaine d'enfants originaires du Nord et de l'Alsace.

Dans un article du Sud Ouest datant du 25 juin 2015 ,j'ai trouvé également les agronomes Bugeaud ( non pas le maréchal nommé le soldat laboureur) et Montet qui auraient remonté le domaine à 350 ha au XIX et XXè siècle . Ils en auraient fait la 1ère pommeraie du secteur en 1960 . Mais pour ma part, nulle trace !.

Actuellement, le château est devenue une maison de retraite depuis 2000, conventionnée EHPAD en 2002.

Sources : http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Abzac_de_La_Douze.pdf - généanet - https://books.google.fr

Livre 'Les juifs en Dordogne' de Bernard Reviriego

La Juvénie en 1943 - Photo recueillie le samedi 28 novembre lors du dépôt de la plaque commémorative

La Juvénie en 1943 - Photo recueillie le samedi 28 novembre lors du dépôt de la plaque commémorative

Voir les commentaires

Le Périgord et la Dordogne

Publié le par Nadina

blason   

Le département de la Dordogne est né il y a 200 ans .

 

Vous devez vous douter d'où vient son nom ! Et bien, c'est de la rivière Dordogne qui le traverse d'est en ouest.
    valleedordogne.jpg

La Dordogne, quant à elle, du nom de la rivière vient de Dore et Dogne, les deux ruisseaux qui la composent.


L'ancien Périgord,une partie de l'Agenais, une partie du Limousin et de l'Angoumois ont formé la Dordogne actuelle.



En superficie, nous trouverons respectivement:

- ancien Périgord : 786 048 ha

- Agenais : 99 250 ha

- Limousin : 25 858 ha

- Angoumois : 30250 ha

 


L'appellation Périgord remonte en fait à la révolution. Ce nom de Périgord vient du nom du peuple gaulois qui l'occupait : les Petrocorii.

C'est ce peuple de guerriers qui a construit  Vesunna (Périgueux) , capitale construit autour d'un sanctuaire.

 

La Dordogne, c'est aussi 4 baronnies. Les quatre barons de Mareuil, Bourdeilles, Beynac et Biron sont opposés au comte du Périgord . 

Elles sont mises en place au Xè siècle et il est dit que l'explication du chiffre 4 est qu'il ne fallait que 4 barons pour tenir le dais lors de la venue d'un évêque, archevêque ou prince .

 

 

 

4baronnies

 

Le Comte Charles le chauve avait organisé le Périgord en comté héréditaire. Il voulait ainsi décentraliser le pouvoir, surtout face aux invasions. Le Périgord était ainsi protégé des normands certes mais se retrouvait entre les rivalités des partisans d'Aliénor d'Aquitaine et ceux du roi de France.  En effet, les seigneurs périgourdins assujettis par les lois féodales étaient liés au nouvel époux d'Aliénor, roi d'Angleterre.

Mais les propriétés du comte ne représentaient que peu et face aux 4 barons, ne pesaient pas lourd!

Les barons, quant à eux, se tiraillaient en permanence et étaient en guerre perpétuelle. 

 

Le Périgord, lui, est une région polychrome puisque nous y retrouvons le Périgord vert, dans le nord, le Périgord pourpre sur Bergerac, le Périgord noir sur Sarlat et le Périgord blanc sur Périgueux. Rien ne saurait nous enlever ces couleurs .

Les-4-couleurs-du-Perigord.jpg

Photo Wikipédia

 

 

Alors pourquoi ces couleurs ??

- Le Vert d'abord  pour ses forêts de chênes et feuillus. Il est très vert car effectivement en ' verdure ' et assez vallonné, 

- le Pourpre pour ses vins; celui-ci est plus plat et sa terre n'est que de la 'caillasse',

- le Blanc, pour ses terres crayeuses; il suit aussi le trajet de la rivière, l'Isle sur Périgueux  et la Dordogne ensuite,

- le Noir pour ses forêts très denses de chênes,; il est aussi connu pour ses grottes et cette belle couleur de pierre que nous retrouvons sur beaucoup de maison sur le sarladais. 

 

Un article du Sud  ouest  du 4 février 2013 évoque la suppression des 4 couleurs , décidée par les professionnels du tourisme:

http://www.sudouest.fr/2013/02/04/l-adieu-aux-couleurs-955693-1733.php

 

Sources : Livres de tourisme - Wikipédia

Voir les commentaires

Les secrets des marchés aux truffes

Publié le par Nadina

Les secrets des marchés aux truffes
Les secrets des marchés aux truffes

La saison est bien commencée et les marchés aux truffes d'hiver battent leur plein mais savez-vous comment ils fonctionnent.

Je vais vous parler de celui de Sorges, qui est assez réputé.
Il se passe maintenant tous les dimanches du 6 décembre 2015 jusqu'au 24 janvier 2016.

Les producteurs doivent présenter leurs truffes à des contrôleurs le matin même du marché à partir de 8h . C'est à ce moment que se décide la qualité de la truffe et en découlera son prix .

Avant d'aborder les catégories de truffe, en voici les caractéristiques minimales:

- avoir l'odeur, la saveur, la couleur propre à sa variété,

- avoir un maturité suffisante,

- être ferme au toucher,

- être propres, sans trace de terre,

- être exempte de parasites,

- être exempte de pourriture ou altération par le gel,

- avoir un poids supérieur à 5 gr .

Voici donc les 3 catégories :

- Extra : Elle doit peser 20 gr ou plus

* la truffe doit bien entendu présenter toutes les caractéristiques de sa variété,

* elle doit être bien arrondie, régulière,

* elle ne doit pas présenter de détériorations, telle une griffure de patte de chien ....

- Catégorie 1 : le poids doit être de 10 gr ou plus

Les truffes doivent être entières et de légers défauts sont acceptés, tels forme, couleur et légères détériorations.

- Catégorie 2 : Ces dernières se contenteront de 5 gr ou plus.

Dans celle-ci, rentrent les truffes ne pouvant être présentées dans les autres catégories ou morceaux de truffe mais devant toutefois avoir les caractéristiques minimales .

A Sorges, ce marché se déroule dans la salle Pradel. Seuls les apporteurs de truffe et les contrôleurs y ont accès dès 7h30 ou 8h.

Les acheteurs attendent sagement dans la rue ...
Aux sons d'une jolie cloche qui viendrait parait-il du Titanic ou serait une réplique, le marché ouvre ses portes à 10h.

Et là, c'est la ruée vers l'or noir !!! Impressionnant!!

En à peine une demi-heure, tout a changé de main !

J'ai eu la chance de tomber sur une trufficultrice très sympathique il y a quelques années (il y a d'ailleurs un article sur la truffe que j'ai pu écrire grâce à elle ).


Vous trouverez parfois de ces personnes qui vous parlent de la truffe avec amour, qui vous l'expliquent et votre approche de ce diamant noir en est complètement différente!

Source pour les catégories : http://truffiere.org

Voir les commentaires

Lou boueradour et les châtaignes

Publié le par Nadina

Lou boueradour et les châtaignes

"Selon la légende, la nymphe Néa, compagne de Diane la déesse de la chasse, fut courtisée par Jupiter. Mais la belle préféra se donner la mort que de céder à ses avances. Fou de douleur, le dieu transforma la défunte en un arbre majestueux appelée caste neas (la chaste Néa), le nom scientifique du châtaignier. »…

Tiré de : La cuisine gourmande d’autrefois, Pierre Baron, Express Roularta Éditions et Historia, Paris, 2010.

La châtaigne remplaça souvent le blé. On appelait, d’ailleurs, le châtaignier « l’arbre à pain » mais aussi « l’arbre à saucisses » car les châtaignes servaient aussi à l’alimentation des porcs. En fait, la châtaigne a toujours représenté une sécurité pour les paysans puisqu’elle le nourrissait lui et ses animaux. C'est ainsi qu'elle sauva les paysans de la disette au XVI et XVII è siècle .

Une fois la récolte terminée, les châtaignes se préparent et se cuisent de différentes façons . Ainsi seront-elles blanchies ou ruffar à l’eau bouillante dans un pot en terre brun, le ruffadou ou même dans l’ oule ou ola ou encore oulle .

C'est une grande marmite en fonte noire, à col étroit, suspendue à la crémaillère sur le feu dans la cheminée.L'eau chaude assouplissait la première peau et elle se séparait ainsi plus facilement .La 2ème peau appelée tan,on utilisait un boueradour . Qu'est-ce donc que ce nom barbare me direz-vous !!!

Il n'a que le nom de barbare . Cet ustensile est en fait formé de deux tiges en bois, assemblées en leur centre et crantées dans leurs bouts .

On consommait aussi les châtaignes grillées, c’étaient alors les virols cuites dans une grande poêle à trous ou dans l'oule sans eau et constamment remués avec une grande pince en bois, le boueradour. — Gens et métiers du Périgord, Bernard Stephan.

C’est en tournant vigoureusement cet instrument, baguettes écartées, dans l’oule où se trouvent les châtaignes ébouillantées et dégagées de leur première écorce que la seconde peau se détachait facilement.

La propagation de la pomme de terre commence pendant la Révolution et remplace peu à peu les châtaignes.

Source :Divers sur Internet et 'Esprit de pays'

Lou boueradour et les châtaignes

Voir les commentaires