Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les floralies de Saint Jean de Côle

Publié le par Nadina

Je vous ai déjà présenté Saint Jean de Côle mais tous les ans en mai ont lieu les Floralies . Alors imaginez  ce  petit médiéval village, qui est déjà très joli et dont je ne me lasse pas, couvert de fleurs  et encore de fleurs !!! Une beauté !

 

Cette manisfestation perdure depuis 1982, date de sa création pour le plus grand bonheur de tous . Ce qui n'est pas peu dire puisque l'association organisatrice participe activement et financièrement à toute la vie locale ( aménagement du terrain de football, financement d'un court de tennis, embellissement du bourg ....)

St-Jean---floralies.jpg

 

Tous les ans , un thème est donné et en 2012, ce sera 'L'amour des jardins '. Deux sites seront ainsi décorés .

 

Dans le château, vous pourrez admirer ces divers jardins  :

  • les jardins suspendus dans l'entrée
  • 1ère salle : le jardin à la française
  • 2ème salle : le jardin des Antilles
  • 3ème salle : le jardin japonais
  • 4ème salle : le jardin gourmand
  • couloir : la roseraie

et dans l'église, le jardin de curé vous guidera vers le bien-être par les plantes.

 St Jean - Floralies - église

Floralies 2011 - Le thème était le mariage


A l'extérieur, une multitude de tâches colorées de toutes sortes vous affoleront le regard tant elles vous attireront, tant par leur couleur que leur odeur !!!St-Jean--floralies-1.jpg

 

Ces 31èmes Floralies auront lieu les 12 et 13 mai 2012 à Saint Jean de Côle, de 9h à 19h .

Pour plus de renseignements : " Floralies de Saint Jean de Côle " : 09.72.99.55.05

Le lien avec l'association organisatrice dans la rubrique Liens vous permettra d''avoir plus de renseignements.

                                                          

Pour ceux , ou peu-être plutôt celles qui aiment les fleurs  et le scrapbooking comme moi, je vous ai mis quelques montages sur les fleurs de Saint Jean de Cole . Montages tout simples mais pour moi, la simplicité et la sobriété sont maîtres dans l'art de l'élégance !!  Et je n'aime pas les fioritures mais à chaque fois, je précise que c'est mon avis !!

Voir les commentaires

Le coq de bruyère était en fait un faisan obscur ......

Publié le par Nadina

Comme tout le monde le sait, il pleut depuis quelque  temps et chacun sait aussi, les sources artésiennes jaillissent de plus belle . C'est donc en retournant au puits de Bontemps, source du Blâme (précédent article) que mon attention a été attirée par cette tâche sombre dans ce champ !!

 

En fait, grâce à un copain chasseur, ce que j' avais pris pour un coq de bruyère est un faisan obscur. Pour moi, les choses doivent être appelées par leur nom et je rectifie l'erreur !!!

Merci à  Bernard  de Ste Foy ! Et toutes mes excuses à mes visiteurs !!

 

Coq-de-bruyere--3-.JPG

 

  Il est aussi appelé  le 'Noir 'ou le ' Ténébreux '

 

On  remarque chez les faisans une grande capacité d'adaptation. Il vit pratiquement sur tous les territoires, peut être moins en montagne. Bien qu'il apprécie les lisières de forêts, les haies épaisses, il ne néglige pas les marais, les landes...

 

 

C'est un animal sédentaire . Il a une alimentation autant animale( vers, insectes ) que végétale ( graines, baies ).

Le mâle est  polygame, ce qui ne contribue pas à la reproduction car effectivement,  les couvées sont moins fécondes en cas de femelles nombreuses.

La ponte a lieu vers le mois de mai dans un nid à même le sol, dans les herbes hautes.

 

La femelle pèse environ 1.2 kg et son compagnon 1.5 kg.

 

 

Celui - ci provenait peut-être d'un élevage  ....

Voir les commentaires

le Blâme

Publié le par Nadina

Si vous avez suivi mes aticles, il en est , du 5 avril, dans 'randonnées et balades ', qui vous parlait de cet étrange Blâme !

 

Du fait des pluies de ces derniers temps, j'avais décidé d'y retourner et  j'en suis fort contente . Ce petit Blâme s'est transformé et sa source artésienne jaillit  de terre avec impétuosité !!

 

Comme nous sommes dimanche, je vous fais juste part de ces photos du Blâme .

 

Le Blâme - Source artésienne

 

 

 

 

Le Blâme - Source artésienne (10)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous donner une échelle de cette source artésienne !!

 

Le Blâme - Source artésienne (3)

 Je vous redonne les coordonnées exactes de cette source artésienne : D68 - Entre Cubjat ( à 7km ) et Ajat ( à 4.5 km) - au croisement du Lieu dit La Prunerède. Carte IGN 1934 E - Point 143 au sud de Brouchaud - 'Le Puits de Bontemps'.
Ne suivez surtout pas les panneaux indicateurs  !!!! Ils indiquent une mauvaise direction alors que cette source est visible du bord  de route !!

 

 

Le Blâme - pont

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici notre Blâme  calmé !!

 

Le Blâme - pont (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu plus loin, il alimente cette petite fontaine .

 

 

 

 

Le Blâme - Cascade (6)

 

 

 

 

 

 

 

 Et le voici jaillissant en amont du pont de la Forge d'Ans

 

 

 

 

Le Blâme - Cascade (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Blâme - Cascade

 

 

 

 

 

Sur le pont de la Forge d'Ans, il se jette en cascade dans l'Auvézère.

 

 

 

 

 

 

Le Blâme - Cascade (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Blâme - Cascade (8)

Regardez le 1er article et vous pourrez comparer le débit de l'eau ......

 

 

 

 

 

 

 

 

Cascade vue du dessus

 

 

 

 

 

D'autres photos sont dans l'album 'Le Blâme' - Randonnées et Balades

Voir les commentaires

L'arbre de "Maï"

Publié le par Nadina

 

Cette tradition est bien ancrée en Dordogne et bien qu'au départ, cet arbre n'était planté que pour fêter l'arrivée du printemps, cette coutume s'est étendue à biens d'autres moments de la vie .

Le 1er mai, était planté un arbre sur la place du village .

Il était censé représenter la jeunesse et la fécondité.  Arbre-de-Mai.jpg

 

 

Le Maï est un mât, bien souvent un jeune arbre au tronc bien droit. A son sommet, sont accrochés rubans( symbolisant la purification)  et des drapeaux tricolores.

Sous l'ancien régime, il était planté devant la porte du seigneur ou celle des élus, en guise de respect.

 

Le premier arbre fut planté en mai 1790 . Mais  ces plantations ne sont institutionnalisées qu'en 1794 . Elles deviennent même l'objet d'une fête nationale vers 1798-1799.

 

Des 'Mais ' furent élevés en Périgord par les paysans, révoltés et  insurrectionnaires qui refusaient de payer des droits féodaux.

Depuis 1848, la plantation de ces arbres  est complétement pacifique.

 

 

 

 

 

Ce sont les habitants qui viennent au domicile  de l'élu, dressent le mai, souvent dans le jardin . Ce mai est orné, outre les rubans et drapeaux d'une pancarte portant l'inscription : " Honneur à notre élu " , puisque l'arbre de mai est devenu un usage pour honorer une personne pour son action publique . 

 

En remerciement, le récipiendaire offre un ' vin d'honneur ' .

 

 

 

 

 

 

 

abredemai6ox4.jpg

 

 

 

 

 

 

Sur certaines pancartes, l'inscription ' Honneur au Patron '

 est aussi visible . Cette tradition s'est étendue aux chefs de petites entreprises, voire parfois aux jeunes mariés !!

Voir les commentaires

Terroir du Bergeracois : le Montravel

Publié le par Nadina

Entre Périgord et Bordelais, ce terroir d'exception est enfin reconnu depuis 1936, date de création des AOC.

 

thumb_483619409.jpgthumb_483618209.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Sur 2100 ha, 15 communes, le Montravel se décline en saveurs gouleyantes, en une palette aux nuances bien distinctes:

 

- en vin blanc sec : le Montravel  : arôme de fleurs blanches  mêle à de la pierre à fusil - généreux en bouche - de 10 à 13°. ce sont des vins de plaine

 

- en vin blanc moelleux : les Côtes de Montravel, vins de côteaux, légérement moelleux - entre 12 et 15 °  - arômes florals assez complexes  - à servir  à l'apéritif, des viandes blanches, les poissons en sauce, les fraises ou le Bleu des Causses moins 'agressif ' au palais que du roquefort .

 

- en vin blanc liquoreux : le haut Montravel , issu de grains passerillés, est un vin moelleux mais il peut être nommé liquoreux si les raisins sont botrytisés. Vous vous rappelez l'article sur le Monbazillac  ? Peut être pas  alors, je vous redonne l'explication du Botrytis :  le Botrytis cinerea, pourriture noble, va apporter au raisin sa concentration en sucres et le développement de ses arômes par évaporation de l'eau  . Ce vin va titrer entre 12 et 15°  Comme son compère moelleux, vous pourrez le déguster à l'apéritif, sur les viandes blanches, les poissons en sauce, les fromages persillés, les fraises  et même le melon .

 

   

- en vin rouge : en Aoc depuis 2001  :  doivent être élevés en fûts 18 mois . De ses arômes, nous pourions en retirer des fruits noirs très mûrs, de truffe et de sous-bois . C 'est un vin charnu et puissant  donc servez-le avec des mets équivalents,  puissants , tels des viandes rouges, du gibier, des magrets, des confits .

 "Vin à mi-chemin entre le charme viril des Bergerac  et le charme plus féminin des Saint Emilion  "   Tiré de 'De vignes en vins '

  verre--vin-rouge.jpg

 

 

 

 

Les vins doivent provenir d'un assemblage des cépages suivants :

 - vins blancs : Sémillon : au moins 25% de l'encépagement

                          Sauvignon : au moins 25% de l'encépagement

                          Muscadelle :  au plus 50 %

                          Ondenc :  au plus 10%

 

 - Vins rouges :  Merlot : 50% de l'encépagement 

                              Cabernet Sauvignon

                              Cabernet Franc

 

 

 

 

" Les vignes qui sont des jardins et lieux de plaisir, de beauté singulière et là où, j'ai appris combien l'art pouvait se servir bien à point d'un lieu bossu, montrueux et inégal " . Montaigne évoquant les coteaux de Montravel.

 

 

Voir les commentaires

Les clédiers ou séchadours

Publié le par Nadina

En milieu rural, il était essentiel de garder les châtaignes pour l'hiver ! Il fallait donc les faire sécher puisqu'elles ne se conservaient pas autrement . Les vers et la pourriture en avaient raison !!

 

Les clédiers sont des petits bâtiments carrés, rectangulaires ou ronds qui sont séparés de la maison et de la grange et bien souvent isolés , et ceci à cause des incendies . Ils ont été utilisés jusqu'en 1940.

 

 

 

 

 

 

 

Un clédier peut être collectif ou individuel mas il était absolument indispensable à l'activité domestique de nos campagnes .

 

 

 

 

 

 

  Photo de "Chataignier -Limousin "

 

 

 

Il était bien souvent aménagé à l'étage d'un fournil et donc associé au four à pain .

En terre battue ou quelquefois pavé, il recevait les châtaignes sur des claies, qui se trouvaient entre 1.60 et 1.80m du sol et espacées de 2 cm.

 

 

 

 

 

                                                        Photo de "Chataignier -Limousin "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le séchage commençait en novembre ou décembre .
Dans la partie basse, cinq feux étaient allumés, au milieu et dans les quatre coins . Ils devaient  être entretenus pendant trois semaines jusqu'à ce que les châtaignes, tournées tous les deux  jours soient sèches .

Il fallait beaucoup de fumée qui devait passer entre les claies . Des souches de châtaigners  avec des feuilles humides composaient ces feux .

Les femmes commençaient la veillée, remplacées dans la nuit par les jeunes hommes. C'était  l'occasion  de se raconter des histoires même si la fumée épaisse empêchait de se voir et si l'on était enfumé.

 

Les châtaignes sèches étaient stockées dans un endroit sec. On les appelait les 'jacques'.

 

Vous trouverez  "Chataignier -Limousin " dans les liens .

Voir les commentaires

La noix et les séchoirs

Publié le par Nadina

La culture de la noix est une culture ancrée depuis des siècles en Périgord. L'homme de Cro-Magnon en consommait il y a déjà plus de 17000 ans .

Au Moyen-Age, elle était utilisée comme moyen de paiement par les paysans .

En Aquitaine, 10 000 ha de noyeraies sont répartis sur 4 zones de production: le Quercy, la Charente, la Corrèze et le Périgord.Les noix sont classées en AOP depuis 2004 mais bénéficient d'une AOC depuis 2002.

A l'hiver 1830, beaucoup de noyers ont gelé. Puis pendant la 1ère guerre mondiale, les noyers replantés sont de nouveau abattus pour leur bois, très recherché. Dans les années 1950, les noyers ( la Franquette ) sont réintroduits.

Trois produits se distinguent sous l'appellation Noix du Périgord :

- la noix fraîche 

- la noix sèche DSCN0599.JPG

DSCN9370.JPG

- les cerneaux

 

 

 

 

 

 

La noix verte est cueillie de juillet à mi septembre . Elle est utilisée en confiserie et liquoristerie.

La noix mûre n'est ramassée qu'à partir de début octobre. Elle est réservée à la consommation de table et les cerneaux partent pour la patissserie et l'huile de noix .

En Dordogne, 4 variétés sont produites sous l'appellation Noix du Périgord :

- Noix Corne: elle est très recherchée pour la solidité de sa coquille et la finesse de son amande. le cerneau a un saveur douce et subtile . C'est la plus rustique.

- Noix Marbot  dite la Traditionnelle : elle a une coque tendre. Celle-ci est dégustée aussitôt récoltée. Son cerneau est blanc et croquant .

- Noix Grandjean : c'est la plus forte en caractère. Elle a une saveur bien marquée avec une pointe d'amertume. C'est la Typique.

- Noix Franquette : la Courtisée car elle a un petit goût de noisette très appréciée et son cerneau est blond .

Les noyers  ne supportent pas l'humidité car leurs racines pourrissent mais pour autant, n'aiment pas non plus les grosses chaleurs . Ils se plaisent en sols profonds, argilo-calcaires ce qui expliquent leur lieu de production.

Ils sont sensibles aux bactérioses, maladies provoquées par l'intensification des systèmes de culture( désherbage, fertilisation chimique, mécanisation, irrigation ....) . Les noyers, pousssés, produisent plus mais sont plus sensibles aux maladies. Cette maladie attaque les feuilles, le bois et surtout les fruits, ce qui provoque leur chute prématurée.

 

Une fois les noix mûres ramassées, elles doivent être mises à sécher . Par ici, d'étranges installations parsèment parfois les prés, près des noyeraies mais ce n'est pas le traditionnel séchage , que l'on ne rencontre plus guère car laissé à l'abandon ou utilisé pour poulailler. D'autres se sont installés des séchoirs à ventilation électrique.

La noix doit être séchée par ventilation naturelle. Donc , on construisait une petite bâtisse en pierre bien souvent. A la base du toit, se trouvait un plancher mais le pourtour de celui-ci n'était pas maçonné. Une bande de 40 cm de haut était laissée à l'air libre. Elle était constitué de petits poteaux en bois et de grillage. Ce séchoir à noix était bien souvent adossé à la grange.

 

Saint Front la Rivière (5)

 Celui-ci se trouve à Saint Front la Rivière.

 

 Le dénoisillage a toujours été au coeur des traditions populaires et aux cours de longues veillées passées à casser les noix, contes et récits ont laissé leurs traces dans l'histoire du Périgord. L'énoisage ( action de sortir les cerneaux ) donne encore lieu à ces veillées dans beaucoup de villages.

 

DSCN0600.JPG

 

 

 

DSCN0601.JPG   DSCN0602.JPG

'La noix peut non seulement se targuer de son profil lipidique parfait, mais également de ses apports nutritionnels excellents et de ses effets réduisant le risque d’apparition de maladies cardio-vasculaires grâce aux nombreux acides gras polyinsaturés qu’elle contient.

Sa forte teneur en potassium (480 mg pour 100 g de noix), zinc (2,7 mg) et cuivre (3 mg) en fait l’aliment parfait des sportifs et des personnes en manque d’énergie. L’intérêt principal de la noix est son fort contenu en acides gras (72%). Il s’agit principalement d’acide linoléique (oméga 6) et alpha-linolénique (oméga 3). Ces deux acides gras ne peuvent être synthétisés par notre corps et doivent être fournis quotidiennement par l’alimentation, ils sont de ce fait appelés acides gras essentiels. Grâce à eux, elle lutte activement contre le cholestérol.

La noix est également une source de jouvence : sa forte teneur en vitamines B1, B2, B12 et E ralentit le processus de vieillissement.

 L’huile de noix est extraite à partir des noix broyées et est une excellente source d’oméga 3 et de vitamine E. L’huile de Noix du Périgord est un produit extrêmement raffiné, vierge et de première pression. Sa saveur est très parfumée et saura réaliser des mariages gustatifs uniques, se déclinant à l’infini. '

 

 

«Rien n'est perdu 
 
dans la Noix du Périgord

sauf le bruit qu'elle fait

en se cassant»

 

 

Bienvenu en Dordogne.


 

 

 

Voir les commentaires

Les révoltes des Croquants

Publié le par Nadina

On appelle "révoltes des Croquants", plusieurs soulèvements paysans du Sud-Ouest de la France, qui ont eu lieu depuis la fin du XVIème siècle jusqu'à la Révolution .

 

 

 

Mais qui sont donc ces Croquants ?

 

- Pour les paysans, les guerriers qui les dépouillaient étaient des 'croquants ' : ils les croquaient et dévoraient .En guerre les uns contre les autres,  " Sus aux croquants"  aurait été renvoyé d'un camp  à l'autre . Il en est que ce mot était péjoratif.

 - Ce mot pourrait venir également de Crocq, en Limousin, tout simplement parce que les paysans se seraient révoltés à Crocq en 1594, pour la première fois .

- Il est aussi dit que ce mot viendrait du fait que les paysans révoltés portaient des crocs ou des fourches comme armes.

 

Catholiques et protestants s'opposent depuis presque 30 ans en 1589, dans nos terres de Guyenne. Henri III n'a pas de descendant. C'est donc à Henri de Navarre, chef des protestants, que revient la couronne. Celui -ci est sacré roi de France en février 1594, après avoir abjuré le protestantisme en 1593 et prend le nom de Henri IV.

Il signe une  trêve avec le chef des ligueurs. C'est la paix !

Mais les paysans du Périgord meurent de faim, vivent dans la misère et sous la pression de lourdes charges fiscales, prennent les armes en 1594  et le surnom de ' Tard Avisés ' .

 

Ils étaient redevables de :

 - La gabelle : taxe indirecte sur le sel : Celui-ci leur était indispensable pour leurs conserves.
    Les gabelous ( un gabelou est un douanier ) récoltaient la gabelle .

 - La dîme : redevance sur les revenus agricoles, au profit de l'église catholique.
    Elle pouvait être payée en nature ou en argent.

 - Les tailles : Impôt par excellence des paysans. Les ecclésiastiques et gentilshommes en étaient exempts.

    * taille royale : représentant 60% des revenus des royaumes

    * taille seigneuriale : payée en compensation de la protection accordée par le seigneur.

 

En 1595, cette révolte prit fin à St Crépin d'Auberoche, par l'écrasement des Croquants par le Vicomte de Bourdeille.

Ils se soumirent à Henri IV. Celui-ci sut les apaiser en abandonnant les arrièrés de la taille et ensuite en la réduisant.

 

En 1635, une autre révolte éclate . Les cabaretiers , sous les charges très lourdes payées sur le vin, il se joignent aux paysans, toujours écrasés par la  taille , qui réclament de plus une dîme pour les petits curés.

Le général La Motte la Forest, dirige ce soulèvement en 1637. ce sera l'une des plus grandes civiles déclenchées par des paysans.

 

 

Deux affaires célèbres illustrent cette révolte:

Affaire Grellety :Pierre Grellety, las de son niveau de vie très bas de paysan  face à l'opulence du roi Louis XIII, fut l'investigateur des révoltes des paysans dans cette région de Vergt.Ce soulèvement provoque une guerre, où l'armée perdit bon nombre de ses hommes car ils attendaient des paysans et non des soldats. Gallety demandait l'abolition des privilèges.
Le 25 janvier 1642, le roi l'amnistie et lui donne la charge de capitaine dans ses armées mais l'affecte loin de la Dordogne.

Affaire Chantal : Chantal, héritier des Croquants du Périgord, opposé à son rival, le bourgeois de Sénaillac, a été l'auteur de plusieurs jacqueries (soulèvement paysan)qui lui valurent beaucoup de déboires auprès des autorités de l'époque.

 

Les Croquants sont entrés dans l'histoire notamment avec le livre d'Eugène Leroy " Jacquou le Croquant".

En 1995, le groupe de musiques occitanes "Nadau" raconte une partie de la révolte de 1643 à travers la chanson "Aurost t' a Joan Petit" ou "Requiem à Jean Petit".

 

 Pour ceux que  ça intéresse, Claudec, descendant de Croquant dont vous trouverez le site dans les liens, raconte  des histoires de son enfance. Site très intéressant mais ce n'est toujours que mon avis: histoires à dévorer !!!
Quant à Nadau, pour ceux aussi que ça intéresse, il se produit  à Périgueux le 29 septembre 2012 à 21h.

Voir les commentaires

Terrine de foies de volaille

Publié le par Nadina

 

 

Pour une terrine :

 

500 gr de foie de volailles

3 échalotes

1 verre de monbazillac  ou d'armagnac

125 gr de beurre

2 cuillerées à soupe de moutarde

Sel et poivre

 

 

  Cette terrine est à préparer la veille

 

Rincez les foies, épongez-les et saisissez-les  5 mn à la poêle dans 2 cuillerées de beurre.

Ajoutez les échalotes coupées, le vin blanc ou l'armagnac, la moutarde, salez et poivrez.

 

Laissez frémir 15 mn.

 

Mixez le tout en mousse fine avec le reste du beurre. Mettez dans une terrine au réfrigérateur au moins 12h .

  terrine-de-foies-de-volaille-copie-1.jpg

  Vous pouvez accompagner cette terrine de confiture d'oignons et servir sur des tranches de pain grillées.

Voir les commentaires

La huppe fasciée

Publié le par Nadina

  Nous avons l'habitude de voir des merles, des geais, des mésanges, des piverts ... mais  nous avons aussi la visite de ce 'houp oup oup ' .

 

En principe, son habitat naturel n'est pas chez nous mais dans les régions chaudes et pourtant, c'est bien une huppe fasciée qui tourne dans mon jardin . Certaines ont été entendues en Charente Maritime aussi ...

 

DSCN9514.JPG

 

Elle vient seulement nidifier ici  et elle cherche sa nourriture dans zones dénudées, terre nue ou herbe rase. Elle fréquente les vergers, les vignes, les savanes boisées, les steppes .

 

Son chant "houp oup oup" lui a valu  son nom latin de upupa .Son plumage est de couleur orangé, son bec long, fin et recourbé lui  permet d'extraire sa nourriture, principalement des insectes, du sol et sa huppe est érectile.

 

La huppe fasciée se nourrissant d'insectes, souffrent de l'emploi de pesticide de plus en plus employé et détruisant bon nombre de ces gros insectes comme le hanneton, le capricorne, la lucane cerf-volant, base de son alimentation.

Elle frappe l'insecte au sol afin de lui enlever les parties les plus dures, les pattes, les ailes .

Il lui arrive même  de manger des lézards, frappés au sol de la même façon.

 

La huppe fasciée est un oiseau monogame . Cependant, ce "mariage" ne dure qu'une saison .Cet oiseau ne fabrique pas  son nid . Il se contente d'occuper des trous dans les rochers, dans les troncs d'arbres morts ou parfois même  s'installe dans un nid abandonné.

DSCN9515.JPG

 

 

 

Ce sont des oiseaux migrateurs. Elles quittent la France vers l'Afrique en août dès sa nidification finie pour revenir dans le Sud  de la France fin février.

 

 

 

DSCN9516.JPG

 

 

 

 

 

 

Cet oiseau fait partie des espèces protégées en France

depuis 1981 .

 

 On dit qu'elle annonce le printemps !!! et aussi  que de bonnes vendanges sont annoncées à l'écoute de son chant  !!!

Voir les commentaires

1 2 3 > >>