Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le taillandier

Publié le par Nadina

L'atelier du taillandier - Photo :Métiers.free

L'atelier du taillandier - Photo :Métiers.free

Voici un nom qui n'est plus guère utilisé et je dirais qu'il n'en existe pratiquement plus depuis 1900.

Donc dans 'taillandier', nous retrouvons le verbe tailler et un taillandier était celui qui fabriquait un outil qui taillait ! mais pas n'importe quoi !

Il faut remonter aux Mérovingiens pour trouver l'origine des taillandiers . Ceux-ci perpétuent donc une tradition dont la technique consiste à entailler le fer pour y insérer une lame en acier pus dur . Il fallait ensuite chauffer l'ensemble puis le marteler et le tremper.

Ce sont toutes sortes d'outils tranchants pour les charpentiers, les charrons, les tonneliers, les laboureurs etc... .

Voici les quatre catégories de taillandiers au XVIIè siècle :

- en oeuvre blanche , sans que ce soit pour autant des armes blanches,

- grossiers fabriquant les ustensiles de cuisine ( marmites, crémaillère..) ou gros outils ( pelles, marteaux..)

- les vrilliers et tailleurs de limes,

- ceux spécialisés en objets en fer-blanc et noir, comme les lanternes, les moules à pâtisserie.

Le taillandier a pour synonyme un blanchoeuvrier ( vient de blanche oeuvre , nom que l'on donnait aux outils tranchants et donc le blanchoeuvrier est celui qui les fabrique).
On pourrait dire aussi qu'il est forgeron puisque le fer est travaillé à chaud, dans une forge . Sa matière première est donc l'acier , comme vous pouvez le constater.

Il a été dit souvent que le taillandier était spécialisé dans les outils araires, c'est-à-dire spécialisés dans l'agriculture mais de ce que j'ai pu trouver, il ne s'arrêtait pas simplement à ces outils comme on peut le voir plus haut dans les différentes catégories d'outils.

Il reste encore quelques taillandiers en France, M. Solon,maître artisan, âgé de 84 ans d' Orléans . Mais j'ai retrouvé aussi M.Raynal de Nègrepelisse ( Tarn), qui n'attend qu'une chose, transmettre son savoir , et aussi M. Loiseau de La-Forêt-le-Roi ( Essonne) donc avis aux amateurs.....


Beaucoup de tailleurs de pierre utilise des outils fabriqués par des taillandiers.

Le taillandier, par dérivation, était aussi celui qui commercialisait ces outils.

Mais vous allez me dire ... mais le maréchal alors, que faisait-il ??? Et bien, il devait s'occuper en plus du ferrage des boeufs, chevaux ...Cependant, dans les campagnes, il n'était pas rare de voir le taillandier ferrer les bêtes.

Imaginez la vie à l'époque !!! Le paysan avait besoin de ses bêtes pour travailler aux champs et sans bêtes, qu'advenait-il de lui et sa famille ??? Le taillandier et le maréchal-ferrant étaient donc très importants . D'eux dépendaient le travail et donc la vie de tous ses hommes et leurs familles !!

Mais maintenant, le taillandier leur procurait des outils , ferrait les bêtes mais lui aussi devait vivre alors comment était-il payé??? et d'où venait le fer ??

Et bien, c'est très simple . les paysans étaient bien souvent métayers et c'est leur propriétaire qui apportait le fer. En contre-partie, celui-ci était payé en nature, notamment en volaille. Ce 'droit de volaille' était spécifié dans le bail de métairie.

Par contre, le taillandier, lui, n'était payé qu'une fois dans l'année en boisseaux de froment. (Le boisseau est une unité de mesure car autrefois, on ne pesait pas, on mesurait mais le boisseau fera l'objet d'un article qui paraîtra dans peu de temps).

Les taillandiers étaient très actifs car ils répondaient, nous l'avons dit, aux besoins du monde paysan. C'est sans doute sur le "faure" que reposait tout l'équilibre vital du groupe économique rural.


Malheureusement, je n'ai trouvé trace de taillandier en Dordogne donc si jamais si vous en connaissez un ou avez connu, n'hésitez pas à me le faire savoir .

Source : Wikipedia - www.lesvieuxmetiers.org - metiers.free -

Phot de 'Métiers.free'

Phot de 'Métiers.free'

Commenter cet article