Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le château de la Juvenie et ses enfants

Publié le par Nadina

Le château de la Juvenie et ses enfants

Ce château, situé sur la commune de Payzac, dans le nord de la Dordogne, vient de faire l'objet d'un dépôt d'une plaque commémorative le samedi 28 novembre .

Au bout de 70 ans, l'histoire veut que ce château, assez méconnu, refasse surface.

En effet, si les murs pouvaient parler, ils vous raconteraient l'histoire de ces centaines d'enfants qui y sont passés mais commençons par le début !

Bien qu'il soit donné pour être un ancien manoir datant de 1773, mes recherches ont réussi à remonter jusqu'à Raimond d'André, seigneur de Lancinade et Juvénie, époux de Louise de Gentil-de Jonchapt .

N'ayant pas de date de naissance, je pourrais situer ce seigneur entre 1500 et 1550.

Leur fille Yrlande( ou Yolande) d'André épouse le 17 août 1576, Jean II de Jaubert de Nantiac (aujourdh'ui Nanthiat).Le domaine passerait donc par alliance dans la famille Jaubert.

De cette union sont nés quatre enfants dont Raimond de Jaubert, vicomte de Nantiac, chevalier, seigneur de Lancinade et de Juvénie.

Par son mariage avec Henrie (ou Henriette) de Foucauld de Lardimalie le 7 janvier 1606 est né Jean III de Jaubert.

Celui-ci épouse Suzanne Dumas le 19 mai 1630 et ils eurent 14 enfants

Le domaine passe dans les mains de sa 12è enfant, Marie de Jaubert. Un de ses frères, Peyrot de Jaubert, lui cède la Juvénie en 1676 (pour le modeste prix de 25 000 livres )

Isaac d'Abzac, seigneur de la Forêt, par son mariage en 1676 avec Marie de Jaubert, récupère donc le château et les terres par alliance.

De leur union naît Pierre-Philippe.En 1724, celui épouse Marguerite de Teyssier des Farges, qui lui donne un fils Pierre-Françoise d'Abzac, né en 1728 . Celui-ci sera le dernier Abzac à posséder la Juvénie car il meurt en 1794 dans les cachots de la Terreur et sans enfant.

La famille d'Abzac aurait fait don du domaine à Raymond Bugeaud. Mais là il est difficile de trouver des traces ou des actes .

Pendant la 2è guerre mondiale, bon nombre d'instituteurs alsaciens et lorrains sont arrivés en Dordogne accompagnés d'enfants. Ils ont été hébergés à la Juvénie entre 1940 et 1945, établissement dirigé par les soeurs de Bon-Secours . Cet orphelinat a accueilli des enfants dont beaucoup étaient juifs. Un grand baraquement de 60 mètres comportait des dortoirs.

Ces instituteurs, résistants , venant de l'École Normale de Colmar ont sauvé une centaine d'enfants originaires du Nord et de l'Alsace.

Dans un article du Sud Ouest datant du 25 juin 2015 ,j'ai trouvé également les agronomes Bugeaud ( non pas le maréchal nommé le soldat laboureur) et Montet qui auraient remonté le domaine à 350 ha au XIX et XXè siècle . Ils en auraient fait la 1ère pommeraie du secteur en 1960 . Mais pour ma part, nulle trace !.

Actuellement, le château est devenue une maison de retraite depuis 2000, conventionnée EHPAD en 2002.

Sources : http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Abzac_de_La_Douze.pdf - généanet - https://books.google.fr

Livre 'Les juifs en Dordogne' de Bernard Reviriego

La Juvénie en 1943 - Photo recueillie le samedi 28 novembre lors du dépôt de la plaque commémorative

La Juvénie en 1943 - Photo recueillie le samedi 28 novembre lors du dépôt de la plaque commémorative

Commenter cet article

rolande 05/12/2015 17:12

Bel article plein d'érudition et de recherches bravo c'est du travail, mais quel plaisir de le lire, je viens de faire connaissance de ce blog et j'en suis très heureuse, merci de nous faire connaitre les coins cachés de notre belle Dordogne, cordialement

Nadina 05/12/2015 19:12

Merci pour votre gentil mot et j'espère que mes autres articles vous donneront autant de plaisir . Merci à vous et bon week end !